Accueil > Presse, Web, librairie > Saint-Germain-sur-Morin passe à AbulÉdu professionnel

Saint-Germain-sur-Morin passe à AbulÉdu professionnel

lundi 18 octobre 2004, par José Brito

Un article dans la revue de presse du salon Educatec 2004, un témoignage de Monsieur José Brito, maire-adjoint de la commune de Saint-Germain-sur-Morin chargé des nouvelles technologies.

L’article sur le site d’Educatec : http://www.educatec.com/store/docum..., ou en lien ici.

AbulÉdu à Saint-Germain-sur-Morin

Saint-Germain-sur-Morin est un village de 2800 habitants en Île-de-France, situé dans la grande banlieue. Une école primaire regroupe 8 classes alors que l’école maternelle en compte quatre. En 2003 la commune a souhaité équiper en informatique l’école élémentaire pour répondre à l’obligation d’une formation des enfants correspondant au B2I (Brevet Informatique et Internet).

La recherche de solutions

La recherche de solutions se poursuivait depuis plusieurs années en partenariat entre la municipalité, les enseignants et les parents d’élèves. L’objectif était de disposer à la fois d’une salle informatique (une dizaine de postes) et d’au moins un ordinateur dans chaque classe. L’ensemble devait, autant que possible, pouvoir se connecter à Internet. En 2002 le projet d’équipement informatique de l’école était au point mort. Toutes les solutions jusque-là proposées par les prestataires étaient hors capacités d’investissement de la commune. Saint-Germain-sur-Morin se trouvait alors en phase de « convalescence » financière, après un mandat tout entier dédié au remboursement de lourdes dettes et des augmentations d’impôts locaux en dizaines de points. Dans ces conditions, la réflexion a porté sur un équipement réalisé par des moyens internes. Dans un premier temps, la municipalité a cherché sur Internet d’éventuels exemples d’installations effectuées par d’autres communes dans les mêmes conditions.

La solution coopérative Abulédu

Au cours de cette recherche il est apparu que différentes solutions libres existaient, expériences menées par des CRDP (Centres Régionaux de Documentation Pédagogique) ou en collaboration avec eux, comme Pingoo (Haute-Savoie) et AbulÉdu (Aquitaine). A ce moment-là, AbulÉdu nous a paru un projet plus abouti. Surtout, une liste de discussion regroupait les utilisateurs et elle pouvait être un soutien au déploiement d’une solution. Pendant plusieurs mois AbulÉdu a été mise en test. Installée d’abord sur une vieille machine destinée à la réforme, elle a permis aux élus, aux parents d’élèves et aux enseignants d’en vérifier le contenu et le fonctionnement. Installée ensuite sur une machine plus puissante, elle a pu être reliée à un premier réseau à deux postes, avec accès à Internet. Il a été possible de faire des démonstrations en situation réelle. Et finalement, d’un commun accord, la municipalité, les parents d’élèves et les enseignants ont décidé d’installer AbulÉdu à l’école. La solution adoptée à ce moment-là était la solution dite « coopérative », car il n’en existait pas d’autre. Aucune entreprise n’avait développé une offre autour d’AbulÉdu ou des logiciels libres. C’est donc de manière entièrement bénévole qu’il a fallu envisager l’installation d’un réseau informatique à l’école élémentaire.

Deux démarches complémentaires ont eu lieu : d’un côté une installation dans deux classes d’un début de réseau par les parents d’élèves. De l’autre, la constitution d’un dossier de demande de subvention DGE et Conseil Régional par la mairie pour réaliser l’équipement informatique de l’école (prise en charge cumulée de 65% du coût total). La démarche des parents d’élèves a pu être en réalité un test grandeur nature qui a permis aux enseignants, pendant quelques mois, de vérifier le bien-fondé du choix effectué. Le serveur mis en place alors était insuffisant pour les besoins mais il a permis d’acquérir un savoir-faire pour cette installation.

L’installation définitive à l’initiative de la municipalité a eu lieu pendant l’été 2003. Elle comprenait un serveur, un accès à Internet, quinze postes neufs équipés avec Windows, un scanner et une imprimante. C’est l’ensemble de ce matériel qui a été financé par la DGE et par le Conseil Régional, avec une obligation d’ouverture au public qui se fait dans un local annexe. Ce sont des machines de récupération (des 486, des Pentium), fournies par les parents d’élèves ou destinées à la réforme dans des entreprises, qui ont permis de compléter l’équipement (35 postes pour près de 200 élèves à la rentrée 2003). C’est le très grand avantage de la solution AbulEdu que de permettre de recycler des machines qui retrouvent dans le réseau une puissance et une vitesse de travail très confortables, identiques aux performances du matériel neuf. Les deux opérations d’installation ont pu être menées à terme grâce à la liste de discussion d’AbulÉdu qui regroupe les utilisateurs néophytes et les utilisateurs avertis. Sa réactivité et la pertinence des réponses apportées ont toujours permis de résoudre tous les problèmes qui se sont posés, y compris l’installation du serveur, ce qui n’est pas une action anodine pour des personnes qui n’avaient jamais touché avant à Linux.

Une dynamique citoyenne

Au-delà de l’équipement purement technique et matériel, les échanges autour de ce projet ont créé une dynamique citoyenne avec les différents participants. Le dialogue mis en place à cette occasion et les actions concrètes de coopération entre les différents acteurs ont abouti également à la création d’un espace public d’accès à Internet, à l’informatique et au multimédia. Une association s’est créée qui a demandé à la municipalité des locaux. Elle a elle-même mis en état ces locaux et les a équipés avec un réseau identique à celui de l’école. Un deuxième serveur Abulédu coopératif équipe cet espace public, installé lui aussi par les bénévoles eux-mêmes. Une dizaine de postes en réseau, pour moitié des terminaux X (ordinateurs de récupération) et pour l’autre moitié des machines récentes équipées à la fois de Linux et de Windows équipent cet espace.

Aujourd’hui l’association assure des permanences quotidiennes, des ateliers de formation traitement de texte, tableur, création de sites Web et même d’administration réseau sous Linux. Enfin, au plan scolaire, AbulÉdu a été adopté par les enfants et par les enseignants. La solution paraît tellement adaptée aux besoins que l’école maternelle, après en avoir regardé de près les fonctionnalités, a demandé à disposer d’un équipement identique, ce qui devrait se faire au cours de l’année scolaire 2004-2005. Aujourd’hui une entreprise bordelaise a développé un savoir-faire spécifique autour de ce produit. Cette entreprise innovante l’a amélioré, offre des prestations de maintenance, de surveillance, de conseil et d’installation. Elle devient un fournisseur de la municipalité.