Accueil > Presse, Web, librairie > Nouveaux médias : des jeunes libérés ou abandonnés ?

Nouveaux médias : des jeunes libérés ou abandonnés ?

rapport de mission du Sénat

lundi 10 novembre 2008, par Jean Peyratout

Le sénateur David Assouline a été chargé par la commission des affaires culturelles du Sénat de conduire une mission sur l’impact des nouveaux médias sur la jeunesse.

Outre la cinquantaine de personnes rencontrées (fournisseurs d’accès, associations, scientifiques, juristes, éditeurs...) et les travaux de recherche et de documentation, la mission a mis en place dès le mois d’avril un blog pour informer au jour le jour de l’avancée des travaux et recueillir les avis et commentaires des internautes.

Le rapport d’information final vient d’être publié, sous le titre : Les nouveaux médias : des jeunes libérés ou abandonnés ?

On peut en retenir plusieurs constats :

  • Les jeunes sont à la pointe de la révolution numérique : un sur trois a un blog, plus de la moitié utilise la messagerie instantanée de façon régulière, 70 % d’entre eux jouent sur ordinateur, plus de 90 % utilisent Internet presque tous les jours et disposent d’un téléphone mobile.
  • Ces nouveaux médias sont une aubaine pour les jeunes : occasion de libération de la parole, facteur de socialisation, catalyseur de compétences, extraordinaire moyen de diffusion de la culture, source de créativité, outil pédagogique efficace... l’influence bénéfique des nouveaux médias est évidente.
  • Mais, revers de la médaille, des risques réels sont liés à l’utilisation de ces nouveaux médias, même si l’on surestime souvent certains d’entre eux : risques sur la vie privée, sur la santé, influences néfastes de la fragmentation de l’information, de la désinformation, de la publicité, de la violence...
  • Pourtant, alors que l’encadrement des jeunes dans les nouvelles libertés dont ils disposent se fait dans d’autres secteurs, on a ici l’impression qu’ils sont à peu près livrés à eux-mêmes, sans repères, surexposés et ce trop fréquemment en l’absence de tout rôle effectif de la famille et de l’école [1].

C’est donc l’ensemble de la société qui doit accompagner les pratiques des jeunes : meilleure maîtrise des contenus, éducation aux médias, évolution des pratiques scolaires, rôle des médias... le rapport propose des mesures pragmatiques, parfois "gadget" mais souvent ambitieuses et toujours intéressantes.

Quelques-unes de ces mesures :

  • Préciser les statut des données personnelles mises en ligne sur les sites de réseaux sociaux, notamment quand on s’en désabonne
  • Renforcer les messages de prévention sur les plates-formes de blogs et les sites communautaires
  • Mieux étudier l’impact de la publicité sur la jeunesse
  • Regrouper les divers organes de régulation relatifs à la protection de l’enfance en une seule entité compétente pour l’ensemble des médias
  • Conforter l’action du CLEMI
  • Renforcer le rôle des professeurs documentalistes
  • Utiliser prioritairement les nouveaux médias comme support pédagogique des cours d’instruction civique
  • Imposer aux chaînes de télévision de préciser les sources de leurs images
  • ...

Liens :


Voir en ligne : Blog de la mission sénatoriale sur l’impact des nouveaux médias sur la jeunesse


[1« Malgré l’existence de pratiques et d’initiatives
multiples depuis une trentaine d’années, impulsées la plupart du temps par le CLEMI (Centre de liaison de l’enseignement et des médias d’information) ../.. "l’éducation aux médias" est demeurée l’affaire de militants, parfois contestée dans le cadre scolaire, et paraît peu présente en tant que telle dans les politiques éducatives. »
, dit ainsi à juste titre le rapport n°2007-083 de l’Inspection Générale de l’Éducation nationale (IGEN) intitulé L’Éducation aux médias. Enjeux, état de lieux, perspectives et publié en août 2007 (un résumé des propositions sur le site de l’ARPEJ).

Ce constat est repris dans le Rapport annuel 2007 conjoint de l’Inspection générale de l’éducation nationale (IGEN) et de l’Inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche (IGAENR).