Accueil > Presse, Web, librairie > Près de 100% des serveurs sous Linux dans l’Éducation Nationale (...)

Près de 100% des serveurs sous Linux dans l’Éducation Nationale française

mercredi 5 septembre 2007, par Jean Peyratout

Le ministère français de l’Éducation Nationale a migré ses serveurs sous un système d’exploitation libre GNU/Linux. Extraits de presse du 4 septembre 2007 :

« Au départ, le projet de migration concernait uniquement les systèmes d’information de l’infrastructure réseau soit 5 ou 6 serveurs par académie, pour une trentaine d’académie au total. Mais en même temps, nous avons eu un fort recrutement de personnels, et nos contenus ont explosé. Les informaticiens, relativement habiles sous Linux, ont poussé vers Linux. D’autre part, nous avions des problématiques de sécurité à gérer avec l’ouverture au Web, or Linux était peu attaqué », explique Marie-José Vanbaelinghem, architecte en infrastructure au ministère de l’Éducation [1].

Aujourd’hui « plus de 3000 serveurs de production, soit 80 à 120 serveurs par rectorat, tournent sous Linux, dont 80% sous Red Hat Enterprise Linux (RHEL) [...] Tous nos applicatifs, des applications financières aux outils de gestion des examens, fonctionnent sous RHEL », a indiqué Michel Affre, membre du service des Technologies et des Systèmes d’Information du ministère de l’éducation [2].

À partir de l’an 2000, l’administration a décidé de maîtriser ses coûts « en s’appuyant sur les standards du secteur » et « en dissociant le fournisseur du système d’exploitation du fournisseur de matériel ». Plus de 95% de ses serveurs fonctionnaient sous Linux dès 2004, et près de 100% aujourd’hui. « Les fournisseurs d’applications du ministère, développeurs internes et prestataires externes, sont tous dans l’obligation d’assurer la compatibilité avec Linux », a ajouté Michel Affre.