Accueil > Activités, projets > Activités et manifestations publiques > Rencontres Mondiales du Logiciel Libre 2005

Rencontres Mondiales du Logiciel Libre 2005

samedi 19 février 2005, par Jean Peyratout

Les 6e Rencontres Mondiales du Logiciel Libre (RMLL) se sont tenues du 5 au 9 juillet 2005 à Dijon, dans le bâtiment de la Faculté des Sciences Mirande du campus de l’Université de Bourgogne.

Les Rencontres Mondiales sont depuis la première édition de juillet 2000 à Bordeaux le plus grand rendez-vous entièrement et uniquement consacré au logiciel libre au monde. Plus de 1000 personnes, venues de plus de 50 pays des 5 continents, se sont déplacées à Metz et à Bordeaux lors des éditions 2003 et 2004.

En effet, les RMLL combinent trois manifestations complémentaires et simultanées :
- une rencontre de développeurs venus discuter de vive voix de leurs projets dans une ambiance studieuse et conviviale ;
- une rencontre des militants associatifs sur le "village des associations" ;
- une rencontre "grand public" s’adressant à tous, utilisateurs ou simplement curieux voulant découvrir ou approfondir l’utilisation de logiciels libres dans un cadre associatif, personnel ou professionnel.

C’est bien sûr essentiellement dans ce cadre "grand public" qu’intervient Scideralle, sur le thème "Logiciel Libre et Éducation" qui propose démonstrations, tables rondes, conférences et ateliers.

Une journée de "préfiguration" des Rencontres Mondiales consacrée au thème Éducation eu lieu à Dijon le samedi 14 mai 2005


Voir en ligne : http://rencontresmondiales.org/


Le logo des Rencontres Mondiales du Logiciel Libre suscite souvent
des interrogations. Pourquoi "Armelle" ?

logo Armelle

Quand les francophones parlent des RMLL (prononcer " èrèmèlèl "), nos amis anglophones parlent des RMLL (prononcer " âermeleul "). Un jour, à table, quelqu’un a demandé : " Mais qui est cette Armelle dont ils parlent tout le temps ? "... Le mot a amusé, Armelle est restée. Un trait de crayon de André Pascual l’a incarnée en rousse.

Et oui, on assume son côté "tabloïd". Et non, ce n’est pas macho ni au premier degré. Voilà ! ;-)